Relaxation Coréenne


Tarif :

50 € (Durée : 1h00)

Description du massage

Comme son nom l’indique, cette technique provient de Corée, où elle est pratiquée non pas en institut ou en cabinet, mais au sein même des familles.Elle a été transmise de générations en générations, de manière informelle, avant d’être introduite en France il y a une trentaine d’années par JB Rishi.

Cette relaxation n’est pas un massage à proprement parler, toutefois elle est accessible à tous et se reçoit habillé(e) sur un futon. Par exemple, les enfants adorent cette technique !
Vous allez vous sentir en apesanteur car je soulève les membres pour pouvoir les faire balancer, onduler et vibrer. C’est une sensation qu’on obtient rarement avec les autres massages. Si vous souhaitez un contact peau à peau, privilégiez les massages aux huiles comme le suédois ou le balinais.

Le déroulement de la séance

On reçoit ce massage allongé sur le dos et habillé(e). Seules les chaussettes sont à retirer. Toutefois, si vous n’avez pas de pantalon large, je vous prêterais un pantalon thaï traditionnel pour que vous soyez le plus à l’aise possible.
Je génère des vibrations dans les différentes zones du corps, en commençant par les jambes, puis le buste, les bras et les épaules. Vous serez surpris(e) de ressentir les vibrations et la détente jusqu’au sommet de votre crâne. De plus, on ajoute quelques pressions, quelques lissages et quelques étirements qui accentuent la notion de bien-être.
Je finis la séance par un massage doux de la nuque et du visage.

Les bienfaits

De part sa technique, la relaxation coréenne :

  • libère les émotions contenues
  • permet le lâcher prise
  • libère la respiration
  • soulage les jambes lourdes

Les contre-indications

On déconseille de recevoir ce massage :

  • en cas de fièvre

Ce massage est interdit dans les cas suivants :

  • prothèses (hanches, épaules…)
  • ostéoporose, polyarthrite et/ou arthrose
  • femmes enceintes (il peut déclencher des contractions)
  • personnes cardiaques ou souffrant de phlébites
  • personnes atteintes d’un cancer (en cas de rémission, il faut demander un avis médical à votre équipe soignante)